Situation

Évolution de la Commune de TROSLY-BREUIL

Le développement de TROSLY-BREUIL est lié en partie au développement industriel.

– Outre les 2 hameaux historiques de Trosly et de Breuil, nous pouvons décomposer la croissance de TROSLY-BREUIL par période de construction.

La première de 1900 à 1940 répartie en 3 zones d’habitations nouvelles

– la cité ouvrière autour de l’usine,
– la cité des cadres et ingénieurs entre la cité ouvrière et le plateau de Breuil le long de la RN 31,
– la cité des agents de maîtrise sur le versant ouest du plateau de Breuil.

La seconde part de la fin de la guerre de 39/45 jusqu’à nos jours.

Dès la fin du conflit, autour de la cité ouvrière, 3 immeubles sont construits.

Au milieu des années 60, le transfert de l’usine de GONFREVILE à TROSLY-BREUIL impose la construction d’un ensemble d’immeubles « les Vignes Mondaines » comprenant 80 logements.

Conjointement à ces constructions locatives, des pavillons sont construits le long des rues entre les 2 hameaux (RN 31 et rue des Vignes Mondaines) et depuis le hameau de Breuil (rue de Cuise en partie et rue Nigasse).

Dans la seconde partie des années 70, le conseil municipal lance l’aménagement en terrains à bâtir de la zone comprise entre les 2 hameaux, la RN 31 et la rue des Vignes Mondaines, l’ensemble est prévu pour être réalisé en trois tranches. La première de 38 lots commercialisés dès 1978, la suivante de 45 lots dans les années 85/90 ; un lot privé de 12 maisons est réalisé en même temps.

Quant à la dernière tranche de 47 terrains à bâtir et un ensemble d’environ 12 appartements en location répartis en petits immeubles, elle a été différée et à ce jour, le projet qui était gelé pour cause du porté à connaissance préfectoral du 1er juillet 2008 prescrivant le P.P.R.T. provisoire avec un rayon de 2 800 mètres (pas de densification de population et pas de terrain à bâtir de surface plus importante) va pouvoir démarrer.

Un autre élément a retardé la réalisation de cette tranche

Dans les années 90, le conseil municipal voulait viabiliser les réserves foncières situées au sud de la commune ; le projet a été refusé par la population pour la zone appelée « Les Logis du Moulin ».

A noter une diminution de la population dans les années 75/80 par suite de la suppression des logements situés rue des Obeaux dans la zone de la SABLA.

Aujourd’hui, la construction des pavillons se fait en utilisant les quelques parcelles libres ou issues de la division de grands terrains déjà construits, ce qui donne des propriétés en 2ème rideau.

L’évolution commerciale de TROSLY-BREUIL a suivi la mode, c’est-à-dire la disparition des petits commerces (environ une dizaine) compensée par la création de grandes surfaces alimentaires (deux) et de bricolage ; l’une des grandes surfaces sert de commerce de proximité pour le hameau de Trosly.

Malgré la disparition d’anciens métiers, l’activité artisanale est forte grâce à l’apparition de nouvelles activités liées aux technologies et aux métiers du bâtiment.

A signaler qu’il n’y a plus d’exploitation agricole et les terres sont cultivées par des agriculteurs installés dans le canton.

Egalement le développement de TROSLY-BREUIL comporte un second secteur

Depuis 1960, un établissement accueillant des personnes handicapées s’est développé dans la commune.
Cet établissement comprend trois structures différentes :

– les maisons d’hébergement pour 88 personnes,
– les maisons d’accueil spécialisées (environ 20 personnes),
– les ateliers (ESAT) : 118 personnes réparties sur 2 sites. L’accueil et le fonctionnement occupent une centaine de personnes dont une partie est domiciliée à TROSLY-BREUIL.

Tous ces accroissements de population gravitent autour de la RN 31, axe majeur de la commune pour son développement qui traverse la commune sur 2,8 km. Les premières constructions individuelles se font le long de cet axe à partir des années 50.

Aujourd’hui, l’augmentation du trafic (13 600 véhicules/jour et 30 convois exceptionnels) en fait un générateur de nuisances pour la population : une zone de bruit, un taux d’accidents plus important et un fort ralentissement du flux routier. Diverses études hélas sans suites concrètes à court terme, illustrent bien le désaccord entre la circulation et la vie à TROSLY-BREUIL.

L’attractivité des zones commerciales et industrielles crée un courant de circulation ignoré des comptages installés aux limites extérieures de TROSLY-BREUIL à l’Ouest et JAULZY à l’Est. Ce trafic est estimé à environ 8 000 véhicules circulant à l’intérieur du groupe de villages entre TROSLY-BREUIL et JAULZY.

Activités et emplois à TROSLY-BREUIL

Pour l’ancien canton d’ATTICHY et les communes environnantes, les sites commerciaux et industriels de TROSLY-BREUIL génèrent près de 800 emplois directs ; c’est l’acteur principal du développement économique de la vallée de l’Aisne.
Le développement industriel crée des emplois induits illustrés par quelques particularités typiques.

A TROSLY-BREUIL et à ce jour, nous dénombrons des assistantes maternelles agréées qui ont du travail en majorité, suite aux emplois directs existants sur la commune, critère que l’on retrouve pour la scolarisation des enfants extérieurs à la commune ; l’un des parents doit travailler sur le territoire de la commune et de ce fait, l’emploi d’une assistante maternelle sur place s’impose par la garde de l’enfant dans les plages extra horaires de l’école.